La saison est lancée mais il est encore temps de vous donner quelques conseils pour préparer une vidéo de promotion pour le club ou pour une manifestation comme « Ça plane pour elles ».
Voici le film que j’ai réalisé en 2013 pour la promotion de l’opération à Bailleau. Un film court, avec des messages explicites, inspiré des codes des films de promotion pour le surf féminin (Roxy en particulier).

Description par étapes de la réalisation de film promotionnel

Pourquoi faire le film ?

Tout simplement pour diversifier la promotion. La Beauce est à la fois trop près de Paris et pas assez en province pour avoir un soutien efficace de la presse locale. La réalisation l’été dernier de l’enquête sur les moyens d’information des vélivoles en Ile de France m’en donnera la raison (voir Vol à Voile n° 170 ou sur nauleausport.fr).

En 2013 la vidéo est en passe de devenir la source de trafic la plus importante sur le Web. Il fallait donc être présent.

Avec quoi faire le film ?

Premier problème. Un projet vidéo se prépare et s’anticipe. Là il faut avouer que la banque d’images des opérations précédentes nous a bien aidé. Il a suffit d’ajouter quelques prises de vues air et le tour est joué.

J’ai juste eu le temps d’inviter une amie à faire un vol, son vol d’initiation (cela se voit dans le film) pour marquer le film d’une touche féminine.

A mon avis, sur ce type de manifestation récurrente, le mieux est encore d’anticiper d’une année sur l’autre et d’essayer de prévoir quelles images ou séquences vous aurez besoin pour le teaser de l’année suivante. Montrer ce qui va se passer rassure les gens.

Pourquoi des messages incrustés ?

Là aussi il fallait avoir le moyen de faire passer le message mais sans disposer d’enregistrements ni de témoignages. C’est là tout l’intérêt de faire une veille sur les sujets qui vous intéressent, à condition de sortir de son univers. La seule règle qui compte : faire le film pour votre public, pas pour vous. Il faut lui donner ce qu’il attend de voir.
que les divers film publicitaires ou plus précisément les films annonces pour des surf camp m’ont

Pour finir, Rémi Fourneau, réalisateur qui vole à Bailleau, m’a donné quelques conseils de montage, comme d’éviter les transitions à effets. Si vous regardez bien les films des pros, aucun n’utilise de transition à effet. C’est soit un cut, c’est à dire passer directement d’une image à une autre, soit un fondu au noir ou un fondu au blanc.

Pour la musique, je l’ai trouvé sur Jamedo.com. A venir un sujet sur la musique que vous mettez sur les vidéos.

Bon week-end et bons vols.

Thierry Nauleau

Related Posts

Dédale, la machine à remonter le temps

Valentin Bruhière filme Buno

Les coulisses d’un tournage – le temps des hélices 2016

Above the Clouds by Stephan Houdier

JS1 feelings, l’interview de Lucas Delobel

Gliding Camp in Triglav area by Luka Hojnik