paul_pintard-2Une veille organisée permet de trouver quelques pépites sur le web. C’est le cas du film « Les planeurs de Puivert » tourné par une équipe de jeunes du club, Arthur Zalkind, Mathieu Odinot et Paul Pintard. Ce dernier est aussi le réalisateur de ce film qui présente de nombreuses qualités. Et pour cause. Il a acquis, par son métier de photographe professionnel, l’organisation et les compétences pour produire de belles images.

Pourquoi avez-vous voulu faire ce film ?

Paul Pintard : Nous n’avions aucune prétention pour ce film. C’était juste pour le fun et pour faire une petite promo pour le club. Cela fait longtemps que j’en avais envie. Je suis photographe professionnel et je me disais que faire un film avec les planeurs serait sympa. On a organisé cela tranquillement cette année.

La qualité du film, par ses cadrages et son montage, apparait bien supérieure à beaucoup de films de pilote. Comment t’es-tu organisé ?

PP : On a tourné pendant deux jours. Arthur avec sa GoPro. J’ai filmé à bord. On espérait faire des vols en formation mais cela n’a pas été possible. Par contre tout le reste qui était prévu a été fait.

Donc tu avais préparé les plans que tu voulais tourner ?

PP : Oui, on avait fait des plans sur papier. Mes études en cinéma, ça nous a servi. On n’a pas perdu de temps. On est allé directement à l’endroit voulu pour les prises de vues. Et si la météo n’était pas bonne, on aurait pu faire les plans voulus en sortie de treuillée.

Mis à part les sons tout au début, la musique a-t-elle guidé la rédaction du story board ? 

PP : Non, j’ai choisis la musique pendant le tournage, je voulais quelque chose de dynamique et surtout libre de droits.

Et vous avez tourné tout en local ?lfnw2

PP : Oui, la montagne que l’on voit dans le film est la montagne de Lafrau,

Vous avez un bien beau Bijave …

PP : oui, nous l’avons peu utilisé mais il est beau. Il a été restauré par les anciens du club il y a quelques années. J’aimerais faire plus de film avec. Le vintage c’est la mode !

Tes images sont stables. Comment avais-tu fixé les caméras ?

PP : Les GoPro étaient fixées avec la ventouse pour les prises de vues intérieur. Sinon, nous avons utilisé la perche à selfie. Je n’ai pas géré les plans GoPro. C’est Mathieu et Arthur qui s’en sont chargés. Ils savent bien les utiliser. Je leur ai décrit ce que je voulais. Je leur ai fait un storyboard.

Nous y voilà. Tous les pros disent qu’il est essentiel de préparer son film avant de tourner.

PP : Je n’aime pas perdre de temps et j’essaie de passer le minimum de temps devant l’ordinateur. Même en photo, j’essaie d’arranger tout au mieux. Je préfère passer dix minutes à nettoyer la verrière, plutôt que de passer trois heures sur Photoshop. Avec un story-board, on ne tourne que les séquences nécessaires. Moins de vols, moins de temps passé à choisir les séquences et à les monter.

Et toi, qu’utilises-tu comme matériel ?

PP : J’utilise Un Canon 5D mk III avec un objectif 24-70. Pour tous les films avec l’appareil, posé le tableau de bord arrière de l’alliance ? je le tenais bien, je ne pilotais pas, je cadrais.

Justement, quels conseils donnerais-tu à des pilotes qui voudraient faire leur propre film ?

PP : Déjà de ne pas fixer la GoPro n’importe comment à l’extérieur du planeur. Il y a risque de perte. (Voir article big days >> fixer sa caméra).

En faisant des story-boards et en ayant déjà décrit ce que l’on veut faire, cela évite la tentation de sur-piloter. Il ne faut pas vouloir éblouir la copine. Si tu as ton plan en tête, tu t’en tiens à cela et ça évite les conneries. Et puis surtout on gagne énormément de temps.

[NDA : Effectivement, petit rappel des précautions à prendre avec une ventouse : elle ne s’utilise que sur une surface plate, lisse et propre. Il suffit de ne pas enlever la poussière pour que l’adhérence soit considérablement réduite. Les équipe de tournage professionnelles n’utilise que les fixations adhésives de marque sur un support propre. C’est la seule façon d’avoir la certitude que le support tient à la vitesse et aux facteurs de charges (validé par le club de Buno pour les prises de vues en voltige). C’est long à nettoyer mais c’est efficace.]

Les vidéos de club sont-elles un bon moyen de promotion pour le club ?

PP : oui si c’est bien fait. Nous on n’a pas de sous donc ne peut pas faire venir un pro.

Pourtant tu es pro …

PP : J’aimerai en faire de ma passion une vraie activité. Ce film était aussi un test perso pour voir ce que je pouvais sortir comme vidéo pro mais avec peu de moyens.

Sur ton site professionnel, on voit un autre film de promotion d’une structure d’entrainement de sportifs professionnels.

PP : La vidéo sur les sportifs a été faite pendant mes études et faites avec très peu de moyens. Il fallait partager le matériel et le temps de tournage entre les équipes d’étudiants. Donc si le résultat te plait c’est très bien, mais il a été fait avec de grosses contraintes.

Quelle école as-tu suivi ?

PP : j’étais à l’ETPA a Toulouse et j’ai suivis des cours de CAV au lycée.

Propos recueillis par Thierry Nauleau.

Le site Pro de Paul Pintard : pintard-photo.com

le site internet du club : www.planeursdepuivert.net

Related Posts

Dédale, la machine à remonter le temps

Valentin Bruhière filme Buno

Les coulisses d’un tournage – le temps des hélices 2016

Above the Clouds by Stephan Houdier

JS1 feelings, l’interview de Lucas Delobel

Gliding Camp in Triglav area by Luka Hojnik

Comments

Laisser un commentaire