Voici ce que l’on peut vivre en tant que pilote de l’équipe de France en championnat. Connaissant Lucas Delobel, cela ne pouvait être restitué que par la vidéo.  Mais Lucas est aussi un garçon généreux et il nous livre ici le récit de sa première sélection chez les seniors.

Lucas, Rieti a été ton premier championnat d’Europe avec l’équipe de France Senior. Raconte-nous s’il te plait …

lucas&christophe2015 (2)Ce championnat d’Europe était pour moi la première expérience internationale en compétition. J’en ressors réellement grandit par l’enrichissement sportif et humain. J’ai appris énormément de choses sur tous les aspects d’un championnat international comme par exemple la tactique, le vol de paire, la gestion des départs, l’engagement en vol, la rigueur, la routine des briefing d’équipe et les aspects humains. Beaucoup de ces choses m’ont été inculqués par mon coéquipier « Couscous » (Christophe Cousseau) qui a su m’aider et me faire progresser tout au long de la compétition et de cette année de vol à voile, merci à lui !

Le compétition avait la particularité d’être en montagne. En effet, dans le massif des Apennins, en pleins cœur de l’Italie (à 1 h 30 à l’Est de Rome) . Les paysages ressemblent un peu au Baronnies dans les Alpes du Sud avec des montagnes allant jusqu’à 2700 m d’altitude. On y trouve de très bonne conditions pour le vol à voile avec bien souvent des confluences, beau plafonds et des ascendances puissantes. On a eu la chance pendant le championnat de réaliser 9 épreuves sur 12 possibles au maximum. Certaines d’entre elle nous ont permis d’atteindre les 160 km/h de moyenne en volant en front d’orages, c’était incroyable ! D’autres, beaucoup plus technique avec de gros étalements, pluie et des orages localisés nous ont obligé à voler plus lentement et plus bas par endroit, pas toujours facile…

Étant le plus jeune du championnat, je me suis retrouvé à voler contre des pilotes plus vieux et plus expérimentés. Cela n’a pas été facile au début de trouver et garder le rythme mais au fur et à mesure des épreuves cela nous oblige de redoubler d’effort, de concentration et d’engagement pour réussir à suivre et s’exprimer. Ce championnat a été une vrai expérience d’équipe à part entière, vivre pendant 3 semaines avec les autres membres de l’équipe de France a été super enrichissant. On découvre et apprend à connaître en vrai les pilotes que l’on connaissait que de nom sur internet ou dans les magazines. On apprends aussi à suivre la routine pendant la compétition avec le coach, les débriefing par classe puis les briefing inter-classe pour parler de la météo et établir la tactique du jour.

Cela a été une expérience formidable et inoubliable pour moi, je suis conscient de la chance que j’ai eu de pouvoir à mon âge participer à ce genre de championnat avec les seniors. Cela me booste encore plus pour la suite à progresser encore afin de retourner participer à ce genre d’événement !

rieti2015

Un grand merci à la FFVV pour le prêt du planeur CFM1 durant la saison ainsi que les moyens mis en œuvre. Je tiens aussi à remercier mes sponsors TeamWork, Vuarnet, Alpex, Portigliati et LX Navigation !

Oui, tu as raison. C’est aussi grâce aux partenariats que les sportifs peuvent être compétitifs. Pour en revenir au tournage, avec quelles caméras as-tu tourné ?

Toutes les vidéos de ma vidéos ont été faite avec la GoPro hero 4 (sol + aériennes). J’aimerai avoir le matériel, le temps et le budget pour filmer les séquences au sol avec une caméra digne de ce nom ou reflex, mais ça attendra encore un peu et ce n’est surtout pas le but en championnat international !

Est-ce que le discus 2 se prête bien à l’installation de caméra ?

Non, pas vraiment. En plus avec les Discus 2a qui ont des petits fuselages. On a difficilement la place de placer correctement les GoPro, même avec des ventouse. Dans certaines séquences, il y a des plans ou j’ai la caméra sur mon côté gauche, c’est pas mal mais la qualité du cadrage est à mon goût moyenne avec l’écope qui prend beaucoup de place et gâche un peu le champ visuel.

Y a-t-il des images en épreuves ou bien est-ce seulement les entrainements ?

C’est effectivement un point important pour moi pour les gens qui regarde la vidéo car je ne veux pas qu’il y est d’amalgames. Toutes les séquences aériennes ont été filmées pendant les vols d’entraînements pré-championnat et pendant le stage repérage 2 mois plus tôt. Ensuite, pour des raisons de crédibilité, j’ai filmé toutes les séquences au sol pendant le championnat (remise des prix, briefing, mise en piste, préparation planeurs, soirée internationale,etc…). Sur un championnat international, le temps est compté dans la journée, c’est pourquoi je faisais en sorte de filmer pendant les moments ou je le pouvais. Ayant une idée bien précise pendant le championnat de la vidéo que je voulais sortir à la suite, je me suis forcé de prendre des séquences à chaque moments clés du championnat pour faire une vidéo complète récapitulative.

L’autre planeur que l’on voit souvent à coté, un peu en avant, c’est Christophe ?

Exactement, c’est bel et bien Christophe Cousseau dans l’autre Discus 2 « ET ». Dans certaines séquences à la fin de la vidéo (à 4’19 »), on le voit passer proche en patrouille en déballastant. Ces séquences étaient préparées et voulues, on les a tournées pendant les journées d’entraînements.

Quels sont tes autres projets vidéo ?

La vidéo 2015, The Gliding ….(?) est en plein montage en ce moment. Elle va me prendre beaucoup de temps car j’ai de superbes images et je vais essayer de faire quelque chose de bien chiadé. Elle précédera la future vidéo des championnat du monde junior en Australie par la suite en 2016 🙂

Related Posts

Dédale, la machine à remonter le temps

Valentin Bruhière filme Buno

Les coulisses d’un tournage – le temps des hélices 2016

Above the Clouds by Stephan Houdier

JS1 feelings, l’interview de Lucas Delobel

Gliding Camp in Triglav area by Luka Hojnik