Le film réalisé par des vélivoles belge à Issoudun en 2012 montre la réaction d’un jeune pilote face à un incident de remorqué. Le pilote se pose en sécurité sur l’une des pistes de l’aérodrome. Dans son film, le pilote fait l’analyse de l’incident mais à aucun moment la caméra et les facteurs humains qui s’y rattachent ne sont mis en cause.

Dans ce cas précis la caméra est-elle un des facteurs qui ont conduit à l’incident ou pas ?

  • Le contexte est celui d’un deuxième vol solo, avec les émotions que cela peut engendrer chez un jeune pilote.
  • La position de la caméra, en bandeau sur la tête du pilote. Est-ce le meilleur emplacement ?
  • Le poids de la caméra rappelle nécessairement au pilote sa présence.
    La précipitation dans la réalisation du CRIS est un des facteurs importants.

Le bon sens veut que pour des vols de débutants, aucun élément ne vienne perturber la préparation et la concentration du pilote.

Mais ce film nous permet de comprendre ce qui s’est passé. La caméra, en tant que témoin peut contribuer à faire progresser la pédagogie et la sécurité.

Il y a donc un équilibre à trouver. L’atelier sécurité des Big Days va nous permettre de faire le point des connaissances et des expériences en la matière. Le but n’est pas de débattre sur le sujet des films mais , mais A l’issue du weekend, des préconisations seront remisent à la FFVV pour une communication finale à tous les clubs.

Que ce soit pour apporter votre contribution ou comprendre, vous êtes les bienvenus à la masterclass vidéo.

TN.

Related Posts

BAZARI AR ARIS* pour Pierre-Emilio Medina

Un film de planeur sur grand écran !

The gliding paradise

Unexpected Greg Dubois

Up in the Sky

Thibault Gabet, opérateur de drone et professionnel de l’image